21 décembre 2007

la fin du monde (2005)

18476235


Je viens de retrouver dans mon pc une critique rédigée depuis deux ans. Je ne l’ai jamais mise dans mes anciens blogs. Hier, j’étais chez des amis. Il y avait des DVd qui traînaient. Quelqu’un a décidé d’en visionner un. En revenant à la maison, j’ai cherché mis la main sur la critique.

 

Des les premières scènes, on devine à quoi ressemble le film. La mise en scène rappelle celles des clips avec ses séquences qui durent dix secondes chacune. La caméra n’arrête pas de changer d’ongles, si bien qu’on finit par avoir la migraine. Les personnages sont trop nombreux. On a droit à cinq ou six histoires différentes. Du coup, on oublie parfois de suivre le fil. Trop prévisible, les événements sentent le déjà vu. Ça manque terriblement de personnalité. La psychologie des personnages est à peine frôlée pendant qu’on a droit à toutes sortes de scènes catastrophiques dans lesquelles les plus grands monuments de la planète sont détruits l’un derrière l’autre.

 

Le film est saturé d’absurdités énormes du début jusqu’à la fin. Ainsi, dans l’une des scènes, on nous montre le passage d’une tornade dévastatrice au Caire. Tout est faux dans cette scène. D’abord, on nous montre les habitants du Caire portant des habits de palestiniens ! Ensuite, ils habitent des tentes.

 

Y a deux options, soit les gens qui ont travaillé sur ce films sont de gros incultes, soit c’est délibéré. Je penche pour la deuxième explication. En effet, ça fait des décennies que les habitants du Caire ne dorment plus sous des tentes. Vu l’insécurité qui règne dans cette très grande ville, en raison des attaques terroristes, aucun égyptien n’est assez suicidaire pour habiter sous une tente. A vrais dire, cette scène a un seul but, montrer des arabes sous-développés comme il y a cent ans. Nous remarquons que ce type de représentations abondent et reviennent sans arrêt dans d’innombrables films depuis le 11 septembre. Il est question d’imprégner l’inconscient collectif de préjugés contre les arabes car dans l'univers du fantasme Hollywoodien, un musulman est soit un méchant terroriste, soit un gentil débile arriéré.

 

Pourtant, le musulman est très loin d’être le plus malmené ici. Avez-vous remarqué que tous les curé, les prêtres et les cardinaux qui apparaissent dans le cinéma américain sont soit pédophiles, soit des satanistes sanguinaires...

 

Je ne comprends pas pourquoi est-ce que le Vatican ne fait rien et ne dépose pas plainte contre cette propagande permanente d’insultes et d’incitation à la haine.

 

Pourquoi est-ce que Hollywood ne nous montre jamais des chrétiens généreux et plains de bonté comme l’abée Pierre ? Et puis pourquoi est-ce qu’on ne peint jamais un rabbin méchant ? Ne rêvons pas ! Pour Hollywood, ce sont toujours les religions des autres (chrétienté et Islam) qui sont sous-développées et malfaisantes.

 

Le but, là encore, est d’imprimer l'inconscient collectif de mépris, de haine et de méfiance envers la religions chrétienne, ou plutôt contre les représentants de la religions chrétienne.

 

Dans ce film, nous subissons longuement trois personnages appartenant à une secte catholique. Ils sont tour à tour hypocrites, mégalomanes, fanatiques, meurtriers, assoiffés d’argent. En vérité, Hollywood ne fait que projeter ses propres tares sur ces personnages. Qui adore les images de sang ? Qui passe son temps à mettre en scène la mort et la destruction ? Qui s’octroie chaque année les meilleurs oscars de la propagande et de l’imposture ? Qui veut toujours gagner plus d'argent ? Ce n’est sûrement pas le Vatican ou la Mecque ! 

 

Je vais vous épargner le résumé de ce gros navet. Quand je pense que des gens payent pour ça ?!!

Posté par bleu_ispahan à 00:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur la fin du monde (2005)

Nouveau commentaire