Monstre délicieux

21 décembre 2007

la fin du monde (2005)

18476235


Je viens de retrouver dans mon pc une critique rédigée depuis deux ans. Je ne l’ai jamais mise dans mes anciens blogs. Hier, j’étais chez des amis. Il y avait des DVd qui traînaient. Quelqu’un a décidé d’en visionner un. En revenant à la maison, j’ai cherché mis la main sur la critique.

 

Des les premières scènes, on devine à quoi ressemble le film. La mise en scène rappelle celles des clips avec ses séquences qui durent dix secondes chacune. La caméra n’arrête pas de changer d’ongles, si bien qu’on finit par avoir la migraine. Les personnages sont trop nombreux. On a droit à cinq ou six histoires différentes. Du coup, on oublie parfois de suivre le fil. Trop prévisible, les événements sentent le déjà vu. Ça manque terriblement de personnalité. La psychologie des personnages est à peine frôlée pendant qu’on a droit à toutes sortes de scènes catastrophiques dans lesquelles les plus grands monuments de la planète sont détruits l’un derrière l’autre.

 

Le film est saturé d’absurdités énormes du début jusqu’à la fin. Ainsi, dans l’une des scènes, on nous montre le passage d’une tornade dévastatrice au Caire. Tout est faux dans cette scène. D’abord, on nous montre les habitants du Caire portant des habits de palestiniens ! Ensuite, ils habitent des tentes.

 

Y a deux options, soit les gens qui ont travaillé sur ce films sont de gros incultes, soit c’est délibéré. Je penche pour la deuxième explication. En effet, ça fait des décennies que les habitants du Caire ne dorment plus sous des tentes. Vu l’insécurité qui règne dans cette très grande ville, en raison des attaques terroristes, aucun égyptien n’est assez suicidaire pour habiter sous une tente. A vrais dire, cette scène a un seul but, montrer des arabes sous-développés comme il y a cent ans. Nous remarquons que ce type de représentations abondent et reviennent sans arrêt dans d’innombrables films depuis le 11 septembre. Il est question d’imprégner l’inconscient collectif de préjugés contre les arabes car dans l'univers du fantasme Hollywoodien, un musulman est soit un méchant terroriste, soit un gentil débile arriéré.

 

Pourtant, le musulman est très loin d’être le plus malmené ici. Avez-vous remarqué que tous les curé, les prêtres et les cardinaux qui apparaissent dans le cinéma américain sont soit pédophiles, soit des satanistes sanguinaires...

 

Je ne comprends pas pourquoi est-ce que le Vatican ne fait rien et ne dépose pas plainte contre cette propagande permanente d’insultes et d’incitation à la haine.

 

Pourquoi est-ce que Hollywood ne nous montre jamais des chrétiens généreux et plains de bonté comme l’abée Pierre ? Et puis pourquoi est-ce qu’on ne peint jamais un rabbin méchant ? Ne rêvons pas ! Pour Hollywood, ce sont toujours les religions des autres (chrétienté et Islam) qui sont sous-développées et malfaisantes.

 

Le but, là encore, est d’imprimer l'inconscient collectif de mépris, de haine et de méfiance envers la religions chrétienne, ou plutôt contre les représentants de la religions chrétienne.

 

Dans ce film, nous subissons longuement trois personnages appartenant à une secte catholique. Ils sont tour à tour hypocrites, mégalomanes, fanatiques, meurtriers, assoiffés d’argent. En vérité, Hollywood ne fait que projeter ses propres tares sur ces personnages. Qui adore les images de sang ? Qui passe son temps à mettre en scène la mort et la destruction ? Qui s’octroie chaque année les meilleurs oscars de la propagande et de l’imposture ? Qui veut toujours gagner plus d'argent ? Ce n’est sûrement pas le Vatican ou la Mecque ! 

 

Je vais vous épargner le résumé de ce gros navet. Quand je pense que des gens payent pour ça ?!!

Posté par bleu_ispahan à 00:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


17 décembre 2007

Bernard Kouchner le faux cul de la gauche caviar

 

bernard_kouchner_et_condoleezza_rice

Ces deniers jours, les dirigeants du feu PS ou ceux qui en faisaient parti avant de tourner leur veste se sont succédés à la télé pour dénoncer la visite de Khadafi en France.

C’est difficile de dire qui est le plus drôle. Kouchner par exemple s’étonne qu’on ait reçu Khadafi dans un tel faste. C’est tout de même gonflé et osé de la part d’un homme qui symbolise la gauche caviar, la gauche qui a tourné le dos aux peuples pour participer aux dînés et autres soirées organisées par les milliardaires, ces mêmes milliardaires qui exploitent les gens et polluent la nature dans les pays du Tiers-monde.

Bernard Kouchner ferait bien de nous révéler le salaire de PDG qu’il reçut pendant plusieurs années à la tête de Médecins sans frontière. Il faut savoir que cet homme n’est jamais allé soulever les sacs de riz en Afrique bénévolement. Lui et tous ceux qui sont à la tête de ces associations humanitaires très médiatiques touchent des salaires parfois mirobolants, sans parler des aides importantes que leur accorde l’état.

 

Cette année, Kouchner et son ami BHL ont provoqué beaucoup de bruit au sujet du Darfour en parlant de milliers de morts chaque jour. Après vérification, on s’était rendu comte qu’il n’y avait aucun génocide dans le pays et que ces hommes parlaient de choses qu’ils ne connaissaient pas. En vérité, Kouchner et BHL savaient ce qu’ils faisaient. Ils ameutaient les gens vers l’Afrique noire pour les détourner du moyen orient, là où se déroule le vrai massacre, celui des palestiniens. « Montrer quelque chose pour cacher autre chose. » C’est ce que disait Bourdieu au sujet de ces gens.

Telle est la gauche caviar qui se permet de donner des leçons de morale.

Posté par bleu_ispahan à 23:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 décembre 2007

Al quaida fait exploser deux voitures piégées et cause plus de xoixante mort à Alger !

 

ID977085_11_algerie_afp_132643_00E4XW_0

 

Ce matin en me réveillant, j'ai trouvé ma mère bouleversée au point que j'ai cru qu’un malheur avait frappé un membre de la famille.
" Tu ne sais pas ce qui est arrivé ? me demanda-t-elle. "
Après un bref silence, elle m'apprit la nouvelle. Les terroristes ont sévi dans deux endroits à Alger. L'un près de la Cour suprême et du Conseil constitutionnel, le deuxième non loin du Haut commissariat de l'Onu aux réfugiés.
L'une des déflagrations a eu lieu à quelques pas d'un bus rempli d'étudiants. Le nombre des morts se compte par dizaines. La nouvelle me sembla tellement démesurée et monstrueuse que je me suis connécté à Internet pour en savoir plus. Les images de la boucherie ont fait la une de tous les sites d'information.
Je me suis rappelé qu'un de mes amis s'était inscrit cet année à l'université de Ben Aknoun pour faire ses études de droit. Je me suis empressé de lui téléphoner. Le fait d’entendre sa voix et de la savoir en bonne santé me rassura.
Je connais bien ces bus, sans lesquels beaucoup de jeunes ne pourraient pas supporter les frais des études car le transport privé en Algérie coûte assez cher.
Moi, étant issu de famille aisée, mes parents me harcelaient à l'époque pour que je me déplace exclusivement en taxi. D'abord, les bus des universités étaient constamment aussi surchargés que des boîtes de sardines, si biens que les disputes entre les étudiants sont fréquentes, ensuite parce que les attentats faisaient des centaines et de milliers de morts chaque année dans le pays. Je prenais généralement le taxi mais parfois, il m'arrivait de monter dans l'un d'eux quand j'étais avec des potes. A l'époque, on les appelait les "Cous"
La fouille des sacs et des cartables était systématique vu que les transports faisaient parti des cibles préférées des terroristes. Lorsque les islamistes intégristes ont commencé à tuer des gens en Algérie, ils s’en prenaient presque exclusivement aux policiers, hommes politiques, agents secrets, artistes et intellectuels progressistes ou simplement occidentalisés…
Pendant un moment, le peuple, c'est-à-dire la masse anonyme, était épargné. Les islamistes ne suivent pas tous la même démarche et la même idéologie. Pour certains, l'état est seul responsable de l'occidentalisation et de la corruption de la société pendant que le peuple suit et subit les tendances et les modes comme un mouton. Pour ce type d'islamistes, il faut supprimer l'état avec ses politiciens occidentalisés et le remplacer par un état islamique afin de remettre le peuple sur le droit chemin.Il existe un deuxième type d'Islamistes pour qui le peuple et l'état sont pareillement complices et coupables. Pour ces gens, une femme vêtue d’une jupe courte ou un jeune écoutant de la musique de variété mènent une lutte indirecte contre Allah et sa religion. Toujours selon eux, un individu occidentalisé guidé par ses bas instincts a renoncé à son humanité. Sa vie ne vaut par conséquent pas plus que celle d'un rat. Ces terroristes tuent les hommes, les femmes. Ils tuent aussi les enfants car en grandissant, ces derniers héritent naturellement les tares et l'impiété de leurs parents.
Pour Al Quaida, le peuple est coupable, mais certaines catégories le sont d'avantages.Les étudiants sont accusés d'incarner une jeunesse dépravées qui s'est détourné de sa religion pour étudier; défendre et propager la pensée occidentale. Les universités corrompent les esprits et préparent les nouvelles générations à mépriser la religion. Dans les années quatre-vingt-dix, de nombreuses écoles ont été incendiées par des islamistes pour ces raisons. La deuxième bombe de ce Mardi 11 septembre a causé ses dégâts dans les hauteurs d'Alger, au cartier Hydra. C'est un cartier habité exclusivement par des milliardaires. Beaucoup d'hommes politiques, d'industriels et de célébrités s'y côtoient. Ces dernières années, on a remarqué l'arrivée d'une petite vague occidentale, essentiellement des pieds noirs et de juifs séfarades qui y ont acheté des demeures secondaires. La région symbolise et cristallise donc tout ce qui révulse les religieux.

Posté par bleu_ispahan à 18:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 décembre 2007

Lybie, Israël et hypocrisie socialiste française

Mouammar_Khadafi_1

La Gauche française, et singulièrement les intellectuels droits-de-l’hommistes, n’ont de cesse depuis quelques jours de protester contre la visite en France du colonel Kadhafi, le chef d’état libyen. Ce dernier est traité de « terroriste », de « dictateur » et son pays de « pays infréquentable ». Les bonnes âmes socialistes dénoncent le fait que la France fasse passer les contrats commerciaux après le respect des droits de l’homme, rappelant le « martyre des six infirmières bulgares ».

Les visites en France des dirigeants de l’entité usant de terrorisme appelée « Israël » n’ont par contre jamais suscité l’ire de ces messieurs-dames. Pourtant, il vous suffit d’ouvrir votre poste de radio ou votre télé pour entendre, depuis des années et des années : « Accrochage à Ramallah : 2 palestiniens tués par l’armée
israélienne » ; « Raid israélien sur Gaza : 15 morts » ; « Jérusalem : 3 activistes palestiniens abattus » etc…

Pas un seul jour ne passe sans que l’armée sioniste n’abatte de sang-froid des Palestiniens, souvent des femmes et des enfants. Palestiniens qu’elle a chassés de ses terres ancestrales en 1948 et qui durent se réfugier dans des camps de fortune aux frontières des états voisins (Jordanie, Liban etc.), camps dans lesquels la majorité d’entre eux croupit toujours. Le peuple palestinien vit donc depuis un demi-siècle un véritable calvaire, parqué qu’il est dans des bantoustans comme aux pires heures de l’Afrique du Sud afrikaner, et pourtant cela ne choque absolument pas la Gauche française et les intellectuels droits-de-l’hommistes. Mieux (ou pire) : elle a toujours accueilli à bras ouverts les dirigeants racistes de l’état sioniste, que ce soit Golda Meir, Nethanyaou, Sharon ou Olmert, dirigeants que les exactions et les crimes qu’ils ont commandités contre le peuple palestinien ne conduiront, évidemment, jamais devant le Tribunal Pénal International de La Haye.

20041213175116

Mais le plus écoeurant est que cette soi-disant Gauche cautionne le deux poids deux mesures qui fait que la vie d’un seul otage ou prisonnier de guerre occidental vaut celle de cent ou de mille prisonniers du Tiers-Monde. On nous bassine à longueur de journée avec la seule Ingrid Bétancourt, le seul soldat israélien Shalit enlevé au Liban ou les 6 infirmières bulgares emprisonnées en Lybie, mais tout le monde se contrefout des milliers de Palestiniens massacrés depuis cinq décennies par l’entité sioniste, tout le monde se fout des 250.000 civils irakiens tombés sous les bombes américaines depuis le début de l’agression US en Irak ou encore du
peuple tchétchène écrasé par l’armée du néo-fasciste Poutine. Sans compter le peuple tibétain en voie d’être génocidé par le pouvoir chinois. Tous ces gens ne sont pas des Occidentaux. Leur vie ne vaut donc pas une merde.

La Gauche et les intellectuels français de Gauche font une nouvelle fois la preuve, avec leurs protestations contre a visite du colonel Kadhafi à Paris, de leur hypocrisie, de leur double langage et surtout de leur mépris envers les non-Européens, eux qui n’ont pas été foutus en 14 ans de pouvoir de nommer un seul descendant d’Africain ou d’Arabe dans leurs gouvernements successifs.
C’est sur la terre occupée de Palestine que l’on massacre des innocents tous les jours, pas en Lybie.

par Raphaël Confiant

Source :

http://www.bondamanjak.com/content/view/3958/71/

Posté par bleu_ispahan à 18:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]